Qui es-tu Bukowski ?

Publié le par Anouchka

P1080105-.jpg

 

 

28.8.91  23h28

Bonne journée aux courtines, moins cinq, bordel, que je ramasse le gros paquet.

Pourtant, là-bas aussi, on s'ennuie, même quand on gagne. Singulièrement entre deux courses, trente grosses minutes durant lesquelles votre vie fait eau de toutes parts. Là-bas aussi, les gens ont des gueules d'enterrement et des démarches d'automate. N'empêche que je m'incruste parmi eux. Car où pourrais-je aller? Dans un musée, peut-être? Vous ne me voyez tout de même pas calfeutré chez moi, jouant toute la journée à l'écrivain? Avec un foulard en soie autour du cou?  

 

 

Le capitaine est parti déjeuner et les marins se sont emparés du bateau de Charles Bukowski

Traduit de l'anglais par Gérard Guégan.

 

 

 

 

 

Mais qui es-tu Bukowski ? Allemand vivant aux Etats-Unis. Traumatisé par une enfance difficile (le mot est faible), tu as sombré dans la boisson légèrement trop tôt sans savoir que tu deviendrais alcoolique à vie... Existence débauchée, lugubre, glauque, l’écriture semble être ton échappatoire.

J’ai lu ce premier livre, pensant découvrir une nouvelle écriture, une écriture de l’émotion, celle qui te fait réfléchir, vivre et frissonner, une écriture passionnée et trouble, une écriture vécue. Parce que tout le monde connaît Bukowski, j’ai voulu le connaître aussi. Cet ouvrage est un journal intime où notre Buk, l’auteur lui-même, nous raconte son quotidien. Ses emmerdes, son ennui, son pèlerinage aux courses de chevaux, sa femme, ses chats, son ordinateur, révolution dans son écriture, ses fans envahissants, ses envies de pisser la nuit. Bref. Tout. Mais quelle déception ! C’est un vide immense que j’ai ressenti. J’en attendais sûrement trop. Peut-être que l’image de l’auteur complètement bourré en train d’écrire des conneries m’a passé le désir d’aller plus loin.

 

 

 

 

gh984.jpg

 

- Bukowski en 1991 -

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

flou 15/04/2011 07:23



j'avais lu "conte de la folie ordinaire" et, tout comme toi, je n'avais pas trouvé ça grandiose... amusant à la rigueur, mais pas franchement profond...