❝ Les Diaboliques ❞ de Barbey d'Aurevilly

Publié le par Anouchka

IMGP4097.jpg

 

Pas une ici qui soit pure, vertueuse, innocente. Monstres même à part, elles présentent un effectif de bons sentiments et de moralité bien peu considérable. Elles pourraient donc s'appeler aussi "les Diaboliques", sans l'avoir volé... On a voulu faire un petit musée de ces dames, - en attendant qu'on fasse le musée, encore plus petit, des dames qui leur font pendant et contraste dans la société, car toutes choses sont doubles !


Préface par Jules Barbey d'Aurevilly - Paris, 1er mai 1874

 


Des histoires d'amour bien étranges dans ce recueil de nouvelles. Ici, les femmes ont toutes les qualités d'un homme. Fortes, dures, courageuses, entreprenantes, ce sont elles qui mènent la danse. Diaboliques? Pas exactement. Manipulatrices, vivantes, oui. Il n'est pas question de Diable, mais d'amour, chaque fois. Des amours différents, parfois brefs, non partagés, parfois éternels.

D'Aurevilly a la plume sûre et habile, l'écriture est belle, les tournures parfaites. Le plaisir de se replonger dans de la littérature classique. Mais pourtant une chose vient ternir cet ouvrage : la narration. L'écrivain a fait le choix de faire durer le suspens de ses aventures, de faire trainer le plaisir, de donner envie d'aller jusqu'à la fin, mais dans ce désir d'attente il finit par nous perdre. Entre détails des origines nobles de ses personnages, mise en place du décor... on s'impatiente pour ne découvrir que quelques pages de récit. C'est trop et on risque, tout comme moi, de voir le livre nous glisser des mains pour ne jamais le ramasser.

Commenter cet article

vorkobrozer 16/12/2011 16:02


je te crois sur parole.ya d aut trucs a lire.mais j  ai aimé les derniers mots de la preface.je me dis que l homme n avait  qu a pas..faire de sa femme un objet.non?

loaloo 30/09/2011 19:54



Je réalise que je n'en ai jamais lu... pourtant j'adore les classiques de cette époque ! Mais finalement mon choix se portera sur un autre ouvrage ! Lequel me conseilles-tu ?



Le canard déchainé 27/09/2011 11:21



Le côté étonnant de ce recueil est que les femmes y sont comme des véhicules lancés sur le chemin d'amours
putatives et pécheresses, fermés à double tour. La distanciation amenée par les narrateurs, le soin apporté à tout décrire fors les pensées des femmes, la présence de la mort en contrepoint, et
l'incomplétude patente des nouvelles laissant sa part à l'imagination font que cette collection est à mon avis un hymne sulfureux scellant le mépris de l'amour courtois


.



Estellecalim 27/09/2011 09:13



C'est vrai que Barbey, c'est parfois barbant (petite blague potache d'étudiant ). 


Pourtant, j'avais adoré le Chevalier des Touches, à lire avec les Chouans, de Balzac. J'avais beaucoup aimé Une vieille maitresse aussi, mais les Diaboliques m'ont toujours plu, alors je ne peux
pas dire si cela te plairait également.