❝ Des bleus à l'âme ❞ de Françoise Sagan

Publié le par Anouchka

IMGP3613.jpg

 

 

 

❝ Elle avait installé ses cigarettes à sa droite, près des allumettes, et enlevé ses chaussures. Ce roman policier, quoique un peu trop sordide et peuplé de détectives un peu trop écoeurés, ce roman policier ne l'ennuyait pas. Sébastien, lui, marchait de long en large. Le plaisir de la première surprise passé, ce studio se révélait ridicule, minable, incompatible avec leurs vies. Sébastien commençait à avoir ce qu'on appelle de l'angoisse (en allemand, Katzenjammer). Pour une fois, cela lui arrivait rarement, la sérénité apparente et désinvolte de sa soeur provoquait chez lui un sorte d'énervement, énervement dû beaucoup plus à l'inaction (qu'allait-il faire de lui-même l'instant suivant?) qu'à leur destin en général. ❞

 

 

 

C’est mon premier roman de Sagan. Je ne l’avais jamais encore lu auparavant. Mes impressions sont partagées…

Pour ce qui est de la construction du récit, c’est plutôt original. L’histoire romanesque côtoie la vie de l’auteur qui se découvre et se dévoile devant nos yeux.

D’un côté, Sébastien et Éléonore, frère et sœur inséparables et fusionnels vivent à Paris à la manière de bourgeois désoeuvrés et sans un sou. Ils aiment les mondanités, les rencontres mais plus que tout leur intimité. Des relations amoureuses sans lendemain, de la lecture compulsive pour elle, une vieille riche pour lui, une vie lente et languissante de deux êtres un peu mélancoliques, un peu désillusionnés.

De l’autre, Sagan, ses impressions, sa vie, sa manière de voir le monde, ses coups de gueule et ses prises de position. Elle parle directement au lecteur à découvert et sans tabou, c’est vif, cru et authentique. Elle nous réserve pour la fin le mystère de ce choix narratif. Pourquoi donc entre deux péripéties de ses personnages s’adresse-t-elle à nous ? On ne le découvre qu’à la fin.

C’est un roman facile à lire, fluide, mais qui ne marque pas pour autant les esprits. Sagan n’approfondit pas assez les trais de caractère de ses anti-héros, ne développe pas assez son ressenti personnel. L’écriture survole, frôle mais ne creuse pas. Un choix voulu ? Sûrement. L’impression qui reste est inévitablement une impression d’inachevé. Ce qui peut donner matière à lire un autre de ses romans. Allons-y.

Commenter cet article

Violette 07/03/2011 16:08



Continue avec Aimez-vous Brahms, c'est vraiment prenant! J'avais aussi beaucoup aimé Un chagrin de passage. Je ne sais pas trop auquel m'attaquer maintenant, à voir selon
mes stocks en librairie...


Comme George, j'aime beaucoup tes photos!



Asphodèle 05/03/2011 14:35



Les Bleus à l'âme ont une place à part dans l'oeuvre de Sagan et il est vrai, que commencer par lui n'est pas indiqué...On comprend beaucoup mieux son cheminement personnel (la partie roman étant
un peu prétexte) 18 ans après Bonjour tristesse et l'intérêt qu'elle porte à ses personnages comme le désintérêt qui la gagne dans la France post soixante-huit, elle prend de la densité par
rapport aux choses qui l'entourent tout en sachant rester légère, polie dirais-je, pour ne pas exhiber les bleus qui lui font mal... C'est un peu le prolongement de "Toxique"...avec les affres de
l'écrivain et de ses addictions (pas réglées) en plus !!



Tulisquoi 28/02/2011 21:13



Je viendrai donc faire mon choix parmi tes lectures :) Et puis on verra si j'arriverais à te donner envie de lire Bonjour tristesse le jour où je l'aurai lu !



Tulisquoi 27/02/2011 19:50



Je pensais commencer mon challenge Sagan avec son premier roman. Peut-être qu'une fois arrivée à ce livre-là ça permettra de mieux comprendre le choix narratif alors...



Anouchka 28/02/2011 08:06



Je ne sais pas encore si je vais lire "Bonjour tristesse"... Le prochain dans ma liste est "Aimez-vous Brahms?". J'ai hâte de voir si les choix narratifs sont complètement différents ou se
ressemblent...



George 26/02/2011 09:50



Que j'aime tes photos qui mettent en scène les romans ! je n'ai pas encore commencé le roman de Sagan, je finir "Blonde" et m'y mets sans doute cette semaine !



Anouchka 28/02/2011 08:04



Merci ! Tu vas voir, ce roman est très rapide à lire : vite commencé, vite fini !